Prairies & Parcours”: 300 éleveurs concourent pour les propriétés agro-écologiques de leurs prairies dites “fleuries” au Concours Général Agricole

12 février 2020 Actualités, Press room

Depuis 2014, le concours “Prairies & Parcours” du Concours Général Agricole (CGA) récompense le meilleur équilibre agro-écologique rendu par des prairies dites “fleuries”. Cet équilibre témoigne de pratiques agricoles qui valorisent et renouvellent la biodiversité sur les parcelles agricoles. La richesse floristique des herbages agit ainsi sur les caractéristiques gustatives et nutritionnelles des produits (viande, fromage, miel, etc.) et contribue à une production agricole de qualité, en même temps qu’elle contribue au maintien de la biodiversité (faune et flore).

Après une première sélection locale sur une soixantaine de territoires en France et parmi 300 candidats, 63 éleveurs qui exploitent des parcelles en prairies naturelles sont en lice pour la finale du Concours Général Agricole 2020 Prairies & Parcours. Les lauréats nationaux seront dévoilés et récompensés le 28 février prochain, lors du Salon International de l’Agriculture, à Paris.

Valoriser l’excellence agro-écologique des prairies et leurs bienfaits

Le Concours des Pratiques Agro-écologiques “Prairies & Parcours” a été créé en 2010, à l’initiative des Parcs Nationaux de France et des Parcs Naturels Régionaux de France. Les Chambres d’agriculture France (APCA) ont rejoint le projet en 2013, pour accompagner l’ouverture du concours à l’ensemble du territoire national. En 2014, la démarche franchit une nouvelle étape, en intégrant la grande famille du Concours Général Agricole. Depuis lors, les Chambres d’agriculture France en assurent le pilotage opérationnel auprès de la soixantaine de territoires concernés chaque année, aux côtés de l’organisation du Concours Général Agricole et en concertation avec les autres partenaires nationaux et locaux, en s’appuyant sur les réseaux des PNR, de l’Office français de biodiversité, conservatoires botaniques, espaces naturels et autres réseaux affiliés.

Le concours récompense des prairies naturelles (non semées), riches et diversifiées en espèces végétales qui sont fauchées ou pâturées pour nourrir le bétail.  Il s’agit de prairies humides, de pelouses sèches, de pelouses de moyenne ou haute montagne, de parcours, de landes. Le concours récompense par un prix d’excellence agro-écologique, les exploitations dont les prairies riches en espèces présentent le meilleur équilibre entre valeur agricole et valeur écologique.

L’objectif est de valoriser le savoir-faire des agriculteurs et leur engagement dans le maintien de prairies permanentes à forte diversité floristique en récompensant ceux qui maintiennent le meilleur équilibre agri-écologique des prairies permanentes, c’est-à-dire des prairies qui ont une vocation agronomique de production, et qui en même temps favorisent l’accueil et la préservation de la biodiversité.


La diversité floristique contribue directement à la production en élevage et fournit des services écosystémiques.

Les prairies naturelles couvrent un tiers de la surface agricole française et représentent, dans les massifs montagneux, l’essentiel de l’alimentation des herbivores. En plaine, la mécanisation a réduit la présence des prairies naturelles aux milieux à fortes contraintes de pente, de sol ou d’hydromorphie.

D’une part les prairies fleuries offrent un fourrage apprécié des animaux. Elles sont une ressource mobilisée dans la construction des produits sous AOP car elles influent sur la qualité des laits, fromages et viandes. Le concours met ainsi à l’honneur le lien « qualité des prairies/qualité des produits » et contribue à une production agricole de qualité. Le concours favorise aussi la promotion et la commercialisation de produits sous signe de reconnaissances (AOP, IGP, Bio, marque Parcs régionaux, …).

D’autre part, les prairies contribuent aussi à la qualité des paysages et à la préservation de la biodiversité, en favorisant la présence d’oiseaux, de reptiles, de petits mammifères et d’insectes, et notamment ceux qui assurent la pollinisation (abeilles mellifères, pollinisateurs sauvages) et la protection naturelle des cultures.

Les prairies sont aujourd’hui reconnues pour offrir une large gamme de services écosystémiques, contribuant à l’alimentation des animaux, à la préservation des sols (érosion, épuration de l’eau), à l’adaptation au changement climatique (séquestration du carbone)… Ces services écosystémiques, y compris en plaine (accueil d’auxiliaires des cultures et de pollinisateurs) font que les prairies sont une ressource essentielle pour la construction de systèmes agroécologiques, et sont tributaires des pratiques des éleveurs.

La biodiversité garante de prairies productives et résilientes

En contribuant à maintenir une grande diversité des espèces végétales au sein des prairies, les pratiques des éleveurs réduisent leur vulnérabilité face aux aléas climatiques. La reconnaissance du rôle des prairies s’inscrit dans les actions du Plan national Biodiversité publié en juillet 2018, qui soutiennent une agriculture agissant ainsi concrètement pour la biodiversité. Ce plan national lance d’ailleurs une expérimentation de paiements pour services environnementaux (PSE), qui permettront de mieux rémunérer les contributions environnementales apportées par le monde agricole.

63 éleveurs qui exploitent des parcelles en prairies naturelles sont en lice pour la finale du Concours Général Agricole

Les jurys locaux du concours ont parcouru, au printemps dernier, les parcelles de plus de 300 éleveurs pour désigner les 63 lauréats sur le territoire, qualifiés pour une finale      nationale. Tous sont candidats à l’obtention d’un prix d’excellence agri-écologique pour ces parcelles en prairies naturelles, dans 7 catégories à contextes différents : pâturage exclusif (humide), pâturage exclusif (moyen ou sec), pâturage (et secondairement fauche), fauche (et secondairement pâturage, en plaine et piémont humide), fauche (et secondairement pâturage, en plaine et piémont moyen), fauche (et secondairement pâturage, en montagne et haute-montagne), fauche exclusive (plaine et piémont). 

Les prix nationaux seront décernés le 28 février prochain à 15h en présence du ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation et de la ministre de la Transition Écologique et Solidaire (sous réserve), des membres du Comité d’Orientation du concours des Pratiques Agro-écologiques, et des lauréats régionaux 2020, à l’occasion du Salon International de l’Agriculture, Paris expo – Porte de Versailles à Paris (Ring Porcins – Hall 1 – Allée B – Emplacement B084). L’événement est ouvert au grand public.

La liste complète des lauréats régionaux est disponible en Annexe, ICI.

Pour plus d’information : https://cutt.ly/WrA7Xai