Entreprises et traité de Paris sur le climat

DO you Blue live 1FTP

Entreprises et traité de Paris sur le climat :

la philanthropie environnementale comme partie de la solution.

Dans cet esprit, l’ONG américaine 1% for the Planet ouvre en France sa première antenne en dehors des Etats-Unis.

 

La force du traité de Paris signé le 12 décembre 2015 se verra principalement sur le terrain : concrètement, comment fait-on, en tant qu’individu, entreprise, collectivité ? Les entreprises ont un rôle très important à jouer, à la fois par leur empreinte environnementale et sociale et grâce à leur poids économique.

 

Une solution « simple » : la philanthropie environnementale

Si l’accord de Paris n’intègre pas le prix du carbone, rien n’empêche de se poser la question de la contribution – entre autres, financière – des entreprises, à l’effort climatique. C’est ce que font les entreprises du réseau 1% for the Planet (1% ftP), pour certaines depuis longtemps. Elles s’auto-taxent à un niveau très élevé puisqu’elles reversent annuellement 1% de leur chiffre d’affaires à des associations environnementales. En 13 ans, plus de $130 millions de dollars ont été versés par les entreprises membres, directement à des associations environnementales, dont 22 millions de dollars sur la seule année 2014. Rien qu’en France, cela représente 3 millions d’euros annuellement consacrés à la philanthropie environnementale.

« Si nous suivions tous leur exemple, en allouant 1% du Produit Brut Mondial[1] aux causes environnementales, cela représenterait un budget annuel de 700 milliards de dollars…soit 7 fois le montant sur lequel la conférence de Paris (un plancher de 100 milliards de USD / an d’ici à 2020) s’est arrêtée. », Tristan Lecomte, fondateur d’Alter Eco puis de Pur Projet, membre 1% for the Planet depuis 2014 et ambassadeur 1% for the Planet depuis décembre 2015, aux côtés de Yann Arthus Bertrand et de Samuel Le Bihan.

Pour accélérer son développement en France et en Europe, le Club 1% for the Planet ouvre une antenne en France.

Parce que la philanthropie environnementale est l’une des solutions possibles pour actionner la transition écologique, et parce que son potentiel de croissance est encore énorme, l’association 1% for the Planet a récemment ouvert sa 1ère antenne hors des Etats-Unis, en France.

 

Désormais, l’association a son équivalent dans notre pays avec le fonds de dotation “1% for the Planet France”, organisme à but non lucratif, dont le 1er président est Charles Kloboukoff, PDG fondateur de Léa Nature, membre depuis 2007 et l’un des principaux contributeurs en France avec Caudalie, Vrai et Maisons du Monde.

 

«Je suis très honoré d’être le Président du Fonds 1% for the Planet France. Je ferai de mon mieux pour contribuer à son développement, en particulier pour susciter des vocations auprès des entreprises. Nous avons été le premier fabricant français d’alimentation bio à nous engager à reverser 1% du chiffre d’affaires de nos marques bio2. Je n’attends pas que l’Etat nous impose une taxe écologique pour agir. Je l’acquitte volontairement. En 8 ans, nos dons pour la planète s’élèvent à plus de 5,5 millions d’euros en faveur de 700 projets d’associations environnementales. C’est, à mes yeux, la vocation de l’entreprise : elle doit assumer une vraie contribution sociale, citoyenne et environnementale.»

 

Ce fonds de dotation, dont la directrice est Isabelle Susini, a son siège à côté d’Annecy, en Haute-Savoie. Il ouvre en 2016 sa gouvernance aux parties prenantes appartenant au réseau 1% for the Planet : entreprises membres avec des représentants élus par taille d’entreprise, associations environnementales, partenaires média, ainsi qu’à des experts de la cause environnementale.

 

En cohérence avec sa mission première et pour un financement plus efficace des actions de terrain, l’organisation française organisera en 2016 des rencontres « mécènes/acteurs de terrain », par thématique environnementale (biodiversité, océans…). Les associations seront ainsi en lien direct avec un panel d’entrepreneurs philanthropes auxquels elles feront un pitch de 7 minutes, dans l’espoir de repartir avec des promesses de dons.

 

Le “Pacte des entreprises 1% pour le climat“

Plus spécifiquement sur la question du climat, certaines entreprises membres du 1% FTP ont commencé à signer le “Pacte des entreprises 1% pour le climat”, par lequel ces dernières reconnaissent leur responsabilité quant aux changements climatiques et s’engagent, dans le cadre de leur donation annuelle de 1% de leur chiffre d’affaires, à en reverser une partie à une ou des associations agissant pour la préservation du climat. Le pacte a été signé, à ce jour, par une quarantaine d’entreprises membres 1% for the Planet. Texte et signataires sont à retrouver ici : http://onepercentfortheplanet.org/climate/

Par exemple, parmi les membres français, Maisons du Monde (membre avec sa gamme Envie d’Eco), créée une fondation sous égide de la Fondation Nicolas Hulot pour la Nature et l’Homme en faveur des forêts, de l’artisanat et du réemploi. Plus de la moitié du budget annuel de la fondation sera consacré en 2016 à des projets forestiers dans les pays du sud particulièrement sensibles au réchauffement climatique.

 

Emmanuel Donfut de Balao (photographe et vidéaste à Concarneau) a choisi de reverser une partie de son 1% à l’association Sortir du Pétrole, qui travaille à la sensibilisation du grand public aux alternatives au pétrole. « Nous avons particulièrement apprécié le quiz « Climat » créé à l’occasion des manifestations Alternatiba en amont de la COP21. Il permet à chacun d’approfondir ses connaissances liées à la problématique énergie – climat, et d’accroître son engagement pour réduire ses émissions. »

 

Adrien Bouzonville, d’Atmoterra (Conseil en environnement et développement durable, Nantes) : « Nous nous engageons à donner 1% de notre chiffre d’affaires 2015 à l’association Bolivia Inti. Cela permettra d’équiper 6 familles boliviennes en cuiseurs solaires et en outre, d’améliorer les conditions de vie des populations les plus pauvres (économie, indépendance énergétique, santé et droits humains), préserver l’environnement, tout en luttant contre le réchauffement climatique : environ 6 tonnes de CO2 seront évitées par an grâce à ce don. »

 

Caspar Vredenbregt (Capston, conseil en immobilier, Paris) : « Les effets du changement climatique sont particulièrement visibles en montagne. Ayant une partie de mes activités dans cet environnement fragile, j’ai choisi de soutenir POW (Protect Our Winters) France, pour leur action de sensibilisation des utilisateurs et amoureux de la montagne, comme des artisans ou professionnels qui dépendent directement de ce milieu, sur le sujet du climat. »

Le cabinet de conseil en management Obalys (Paris), dirigé par Nicolas Rietsch, s’engage pour sa part auprès de l’association Mountain Riders et lui apporte son soutien financier mais aussi opérationnel via du mécénat de compétence, pour encourager l’initiative du label « Flocon vert ». Cette initiative, soutenue par l’ADEME, vise à évaluer les stations de montagne – dont certaines, à basse altitude, sont directement affectées par la hausse des températures hivernales – et à les aider à réduire leur empreinte carbone. « Ce qui nous a plus, c’est l’engagement fort d’acteurs concernés. Ces derniers doivent mettre en place des pratiques exemplaires et peuvent constituer une vitrine des pratiques écologiquement responsables, dont pourraient s’inspirer d’autres acteurs du public ou du privé. »

 

Le 1% for the Planet – faits et chiffres:

Ce club d’entreprises, créé en 2002, est un réseau international d’entrepreneurs qui ont compris que leur pérennité est aussi liée à l’état de la planète et ont décidé d’assumer leur part de responsabilité dans sa préservation. Ils ont fait le choix de reverser annuellement 1% de leur chiffre d’affaires à des associations environnementales. C’est le seul label « universel » d’entreprises philanthropes dans le domaine de l’environnement.

Ce réseau, co-fondé aux Etats-Unis par Yvon Chouinard, fondateur et propriétaire de Patagonia, compte à ce jour 1200 entreprises membres dans 40 pays. En 13 ans, plus de $130 millions de dollars ont été versés par les entreprises membres, directement à des associations environnementales. La France est le pays le plus actif, après les Etats-Unis, comptant 80 entreprises membres, qui ont versé, en 2014, 3 millions d’euros à la philanthropie environnementale.

Quelques entreprises connues du grand public comme Caudalie (cosmétiques), Léa Nature (alimentation et cosmétique biologiques), Maisons du monde (gamme Envie d’Eco, décoration), Vrai (produits laitiers biologiques), la marque Phytodess (Dessange International) en font partie et aussi une multitude de PME et TPE réparties sur tout le territoire : un cabinet de psychothérapie à Paris, un reporter-photographe en Bretagne, un guide de montagne dans les Pyrénées, un fonds d’investissement dans l’Aubrac, des agences d’éco-conception ou de marketing digital dans les Alpes…Ces entrepreneurs aux profils et aux tailles d’entreprises très variés ont ce point commun : la prise de conscience que le monde des affaires a un rôle à jouer sur la crise environnementale actuelle et la ferme volonté de contribuer au changement, ensemble.

La mission du 1% for the Planet, est de convaincre de nouvelles entreprises de consacrer 1% de leur chiffre d’affaires au profit de plus de 400 associations agréées (en France). C’est aussi de faciliter le financement de ces associations de terrain, en les mettant en lien avec les mécènes.

Le réseau se charge par ailleurs de certifier ses membres : en tant que tierce partie, le 1% for the Planet vérifie que ses entreprises membres reversent bien 1% de leur chiffre d’affaires à des associations agréées.

« Il y a une grande différence entre le versement d’un pourcentage de vos profits et d’un pourcentage de votre chiffre d’affaires, » dit Yvon Chouinard. « Dans un cas, c’est un geste caritatif; dans l’autre, les entrepreneurs démontrent concrètement que les valeurs environnementales sont au cœur du plan d’activité de leur société. »

 

www.onepercentfortheplanet.org

[1][1] Le Produit Brut Mondial s’élève à 78 trilliards de dollars (2014, source CIA WorldFacts)

[2] Les marques de Léa Nature adhérentes au Club 1% for the Planet : Jardin Bio, Verger Bio, So’Bio Etic, Biovie, Natessance, Lift’Argan, Eau Thermale Jonzac, Ile de Ré, Naturesystem.

 

 

Les commentaires sur cet article sont clos

Ils aiment Terre Majeure

Contact

TERRE MAJEURE

Communication and press relations agency

11 rue Guynemer - 94300 Vincennes - France

Sophie FREDERIC - Founder of Terre Majeure

Mail : s.frederic@terremajeure.com

Tel. : +33(0)620 341 216

Copyright 2017 Terre Majeure – Agence de communication responsable et relations presse · RSS Feed